Petit plaisir caché #2

petrichor

Image ICI

Je me souviens, depuis que je suis toute petite, j’adore le pétrichor.

La foule s’exclame : KESAKO ?

Le pétrichor, c’est l’odeur de la terre après la pluie. Cette odeur particulière que j’adore. Récemment, il a plu dans ma ville et dès que ça a fait quelques minutes – ou dizaine de minutes – je suis allée à ma fenêtre et j’ai senti l’odeur de la terre. J’aurais pu rester des heures à réfléchir en regardant tomber la pluie et en sentant la bonne odeur de la terre humide – le pétrichor, donc. Je sais que la plupart des gens ne comprennent pas. L’autre jour, debout à ma fenêtre, je regardais les gouttes tomber et l’odeur qui commençait à embaumer mon appartement et je me suis demandé ce qui avait fait que j’aimais ce moment particulier. Ce moment très particulier.

Quand j’étais petite – avant mes 6 ans – je vivais en banlieue parisienne, dans une tour. Je n’ai pas beaucoup de souvenir de ce moment de ma vie mais je ne me souviens pas avoir eu un souvenir marquant du pétrichor m’embaumant comme je l’ai maintenant. On vivait, avec mes parents et mes frères, au huitième et j’ai remarqué que, contrairement à beaucoup d’odeurs, ça ne monte pas, pas vraiment. En effet, le pétrichor reste souvent à une hauteur assez raisonnable, comme pour embaumer les humains mais ne montent pas dans l’atmosphère. Une raison scientifique, un jeu de mon esprit romanesque ou des fenêtres fermées  ? Va savoir. En tout cas, cela ne fait que le rendre de plus en plus précieux.

Je n’avais donc pas la connaissance (ou le souvenir) du pétrichor étant enfant en banlieue parisienne. Pourtant, c’est de ce moment là de ma vie que j’ai commencer à m’attacher à ce moment particulier, très particulier.

Grand mere2

Image : archives familiales

Voilà pourquoi j’ai réfléchis pourquoi, encore aujourd’hui, à 27 ans, j’avais encore l’odeur du pétrichor dans la tête, comme une odeur magique, qui peut tout guérir. La raison se trouve dans la photo juste au-dessus : ma grand-mère paternelle – sur la photo avec moi, quand j’avais genre 5 ans, je pense.

La photo n’est pas très parlante car elle a été prise à la neige. Mais cette photo représente bien la relation qui m’unit à ma grand-mère. J’ai passé tous mes été chez elle ou presque et je me souviens bien que j’adorais ces vacances. Et l’été, là-bas, il y a des orages et des pluies. Et après la pluie, le pétrichor. Je me souviens de ma grand-mère, debout à sa fenêtre, comme moi maintenant, en train de sentir l’odeur de la terre après la pluie. Je me souviens qu’elle me regardait elle qu’elle me disait : « tu sais cette odeur, c’est une de mes odeurs préférées ».

 

Et je me suis habituée à ce moment particulier. Et je me suis toujours sentie proche de ma Grand-Mère grâce à cela.

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s