Sortez couverts !

sortez couverts

Image ICI

Je tiens à préciser qu’il y a une petite, petite dose d’hypocrisie mais qui n’a jamais fait une erreur me jette la pierre. Je l’accepterais volontiers.

 

C’est un sujet qui me tient VRAIMENT beaucoup à cœur.

 

Pour ceux qui sont trop jeunes ou qui ne connaissent pas la référence, « Sortez couverts ! » est une expression popularisé par Christophe Dechavanne au milieu des années 1980 durant des actions contre le SIDA (source). Encore pour ceux qui ne savent pas l’historique du SIDA, on a commencé à en parler publiquement que dans les années 1980 – à savoir que la découverte du virus date de la fin des années 1970 et que la dénomination date de 1981 en France. Si tu veux en savoir plus sur ce méchant bonhomme qui s’appelle le SIDA, va voir là où on te dit qu’il faut jamais aller voir mais où tu vas toujours voir, en fait.

Donc, revenons à nos moutons – pas nos moutons de poussière, hein. « Sortez couverts ! » avait pour vocations de sensibiliser la population à utiliser les préservatifs parce que bah les préservatifs, ça protège plus que rien contre le SIDA, entre autres.

Je me souviens la première fois où j’en ai entendu parler, c’était au collège, quand j’étais en quatrième. Une réunion « informationnelle » avait été organisée par mon établissement pour nous sensibiliser, nous autres jeunes aux hormones commençant à s’exprimer, à copuler en toute protection.

Pour information, un préservatif à une efficacité théorique de 98% et une efficacité pratique de 85%. Un peu choquée en apprenant cela, je l’avoue. Mais 85% c’est déjà mieux que rien. Pour ceux qui, comme moi, se renseigne sur la contraception, rendez-vous ici pour plus d’informations.

Pourtant, force est de constater qu’une (trop) grande partie des jeunes qui commencent à découvrir les joies du sexe n’est pas au courant de toutes les responsabilités que cela implique. Je ne suis pas persuadée que les gamins – oui, quand on a 27 ans, ce sont des gamins – de 17 ans qui commencent à baiser (pour être crue) pensent aux conséquences que les rapports sexuels peuvent avoir. Et quand on voit des émissions de télé-réalité du style « 16 ans ou presque, bientôt maman » ou bon nombre de reportage de Tellement Vrai consacré à cela, ça donne l’impression que la société a accepté que l’âge du premier rapport aie changé. Pire, selon moi, cela pourrait donner des idées à certains et certaines. Personnellement, je trouve que 15 ans, c’est beaucoup, beaucoup trop tôt pour commencer à être actifs. Pour information, des statistiques sur la première fois : 20 ans en 1960, 18 en 1970 et 17 dans les années 2000.

Je ne dis pas que tous les ados sont inconscients. Certains le font en toute responsabilité et optent pour un type de contraception et pour cela, je les félicite, vraiment. Ici, je ne parle que de ceux qui ne font pas attention, parce qu’ils ne mesurent pas tous les enjeux. Et des enjeux, il y en a. Il y en a tellement. Tellement qu’un petit cerveau émotif ne pourra pas intégrer.

contraception-dessin

Image ICI

Il existe plusieurs moyens de contraception, assez pour tous les goût et les couleurs.

Je pense qu’un travail en amont doit être fait non pas pour sanctionner les mauvaises pratique mais pour éduquer les jeunes à utiliser des moyens de contraception multiples. Parce que oui, la pilule, ça protège des enfants mais ça ne protège pas des IST ou des MST. Parce que oui, le préservatif, ça protège (plus que rien) des IST et des MST, mais on est jamais trop à l’abri d’un craquage de capote. Parce que oui, le sexe oral et le sexe anal peut aussi vous donner des maladies.

J’ai eu la chance – le privilège, même – de grandir dans une famille dans laquelle j’avais le droit de poser ces questions, pour être sûr ne ne pas faire les mauvais choix, ou les choix … dangereux. Je savais lors de ma première fois ce que je devais faire ou non. Je savais, quand j’ai eu mon premier copain que je devais lui demander un test et commencer à prendre la pilule en plus du préservatif, pour être plus sûr.

 

Pourquoi la première phrase ? Parce que j’ai fait des écarts à ma règle et je suis la première à m’en vouloir pour cela. Je sais que je n’aurais pas dû coucher sans capote – quand bien même c’était avec des hommes que je considérais digne de confiance. En ce sens, c’est un peu hypocrite ce que je dis. Mais j’ai décidé de reprendre ma vie sexuelle de façon plus sécurisée – aussi parce que j’ai recommencé à avoir plusieurs plan culs et que je trouve que c’est la moindre des choses que d’être réglo avec tout le monde. Pour ma défense même si je n’en cherche pas, j’ai 27 ans, je sais ce que je risque.

 

Je me bats pour que les compagnes pour la démocratisation du préservatifs notamment continue. Que l’on continue à sensibiliser le plus de jeunes possibles sur les différents moyens de contraception et sur l’importance que cela a et les répercutions possibles sur leur futur. A certaines occasions, j’ai eu le loisir d’avoir des réponses diverses qui poussent certains hommes à ne pas se protéger :

  • « Oh, ça va, t’inquiète pas, je te jure que j’ai rien » : quand bien même on a confiance en la personne qui nous dit cela, les gens mentent et certains/certaines mentent extrêmement bien. Si on accepte, on doit pouvoir prendre ses responsabilités.
  • « Je sens rien avec la capote » : dommage pour toi, coco.
  • « C’est cher, tu sais… » : Parce qu’il y a un prix sur ta santé ? J’étais pas au courant que ça marchait comme ça. Personnellement que les capotes coûtent 5 euros la boite ou 25, je continuerai à me protéger.

 

Des réactions à côté de la plaque sur la contraception ?

Publicités

4 commentaires

  1. Totalement d’accord avec toi sur tous les points sauf sur un point: l’âge du premier rapport: 15 ans, c’est jeune, certes, mais certains (clairement, pas tous) sont déjà suffisamment matures à cet âge (souvent les meufs plus que les mecs).
    La capote qui craque, jamais vu ça. Pour moi, c’est soit de la mauvaise qualité (vérifiez qu’ils soient à la norme CE et pas « périmés »), soit une mauvaise utilisation.
    Je rajouterais juste que si vous avez une sexualité un peu débridée (multiples plans culs, ou rapide succession), faites un test de dépistage régulièrement (pas toutes les semaines non plus…). C’est remboursé si vous le demandez chez votre médecin généraliste.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s