sourire 1.jpg

Image ICI

Il y a quelque mois, j’ai mangé avec une collègue – bon, c’est pas vraiment une collègue mais on s’en fout un peu dans le cadre de l’histoire. On parle, puis elle reçoit un message et je la vois sourire. Je lui demande innocemment – oui, oui, je peux être innocente quand je le veux… même s’il y aie eu peu de chance pour que ce soit subtile – qui c’était et elle m’a dit « oh, juste une pote ». Je l’ai regardé avec un petit sourire en coin et je lui dit « Tu le kiffe ». Et là, elle devient toute rouge. Pas comme une tomate mais pas loin. Elle est rigole nerveusement.

En repassant ma journée dans ma tête le soir, je me suis reposée la question : comment j’ai pu savoir qu’elle kiffait la personne qui lui a envoyé un message ? Et c’est à ce moment là que ça m’est venu : le sourire.

Ce sourire qu’on a toutes – pour être honnête, je ne sais pas si les hommes fonctionnent pareil que les femmes donc je ne m’aventurerais pas à parler d’eux – quand on parle à une personne qui nous plaît. Je sais que je l’ai souvent ( parce que je ne sais pas cacher mes sentiments, principalement) quand je rencontre un nouvel homme. J’ai ce sourire qui vient de façon incontrôlable quand je reçois un message de lui. Ce sourire qui me trahit quant à mes intentions.

 

Parfois je me dis que j’aimerai bien être capable de cacher ce que je ressens. Je m’en suis rendue compte il y a quelque chose du genre deux ans, quand j’ai rencontré Le Gros Connard – un jour peut-être, il aura un article, mais je me dis de plus en plus que ce serait lui faire un trop gros honneur… pour un trop Gros Connard. Mes copines ont su de suite qu’il me plaisait, surtout ma meilleure amie – mais ce n’est pas très surprenant, elle me connaît parfois mieux que je ne me connais moi (encore une fois, c’est une autre histoire pour un autre article).

 

Donc parfois, je me dis que j’aimerai bien avoir un masque à la Bree dans Desperate Housewives. Puis je me dis que c’est plus naturel comme je suis et que, au fond, je suis bien dans ma peau et surtout je déteste l’hypocrisie. Et ce sourire me trahira la prochaine fois et la fois d’après. Mais le jour où ce sera le bon, comme l’a montré How I Met Your Mother, le sourire sera différent…

Publicités