Image ICI et ICI et ICI et ICI

Je crois que je suis une des seules personnes au monde qui aime attendre. Cette phrase, c’est comme … ça me décrit. Et c’est la phrase qui me vient toujours en tête quand je suis en avance à un rendez-vous, quand j’attends le tram, quand j’attends que ma mère réponde à un texto que j’ai envoyé il y a plus d’une heure. Le pire, c’est que c’est vrai.

Je suis quelqu’un de stressé par le retard et je suis toujours en avance – très très rarement en retard en tout cas. Et du coup, ça force à attendre.

Vous comprenez le deal.

Mais je me suis récemment rendu compte que l’on pouvait « classer » les attentes. Toutes les attentes ne sont pas les mêmes.

  • L’attente de l’avance

Celle là, c’est parce qu’il est 17h15, que vous avez rendez-vous à 18h00 avec votre meilleure amie et qu’il faut bien vous punir parce que vous avez voulu absolument être en avance.

  • L’attente angoissante

Je pense notamment ici aux fameuses « trois minutes » mais rentrent aussi dans le lot les résultats d’un exam ou d’un test sanguin. Celle là c’est la pire. On sait que l’on doit attendre un minimum de temps et on ne sait pas si les résultats seront ceux que l’on espère. Une angoisse presque agonisante nous saisit alors.

  • L’attente normale

Il est 7h30 et comme tous les matins, il faut aller au boulot. Le bus ne vient pas. Vous vérifiez furieusement votre portable et l’application des transports de votre ville. Comment ça aucun problème de circulation ? Il est 7h28 et le bus devait être là à 7h27 ! Je fais quoi pendant cette minute, hein?

  • L’attente heureuse

Marche pour les vacances ou (sans doute) pour les heureux événements. Qui peut assez vite tourner en attente angoissante, parfois.

 

Attendre me permet de me remettre en question. J’attends souvent parce que je suis en avance comme je le disais, et ça me permet de faire marcher mon imagination à fond. C’est un moteur de fou que d’attendre quelqu’un au milieu d’une foule de gens et de les regarder passer. Les idées flottent et flottent, viennent et repartent…

 

Bref, j’aime attendre.

Publicités