Vie de bureau : communauté complexe aux failles si proches de la surface

Image ICI, ICI et ICI

Travailler en équipe, c’est comme travailler dans une petite communauté. On doit tous faire les uns avec les autres. Travailler en équipe, c’est vivre ensemble huit heure par jour et se supporter les uns, les autres.

 

Je bosse dans un centre d’appel et on tourne à pas mal d’appel par jour.; Pour vous donner un ordre d’idée, sur le pole sur lequel je bosse, on est à environ 200 appels par jours pour 4 personnes. Je vous laisse faire le calcul. Sur l’autre pole, ils tournent a 100 appels jours un truc dans le genre, pour 4 personnes. A 50 appels par jour, j’ai le temps de parler avec pas mal de personnes. J’aime mon travail mais des fois on enchaîne les appels et ça peut devenir lourd vite. Surtout quand les gens que nous avons au téléphone se plaignent que l’on mets du temps à répondre – quand on est seul par exemple. Mais bon, c’est rare.

 

Je bosse dans un bureau de 48 mètres carrés, nous sommes, au maximum, 9 personne sur les deux pôles, sachant que nous sommes bien souvent au téléphone. Parfois, nous sommes au téléphone en même temps. Bon, c’est rare. Mais des fois rien que d’être quatre on s’entend plus ou presque plus. Des fois, c’est dur de garder un volume sonore correct. Il n’y a pas si longtemps, on rigolait et une de mes collègues s’est fâchée en demandant une baisse de volume. Mais ça m’a lancée sur une réflexion plus globale.

Je sais qu’il y a certains aspects et/ou traits de caractères que je n’apprécie pas chez mes collègues : la pudeur, le pessimisme surtout lorsqu’il est déguisé en réalisme, la réserve, la susceptibilité des uns et des autre…. pourtant je fais avec, pour le bien de l’équipe dans sa totalité, pour que l’équipe continue de fonctionner correctement. Le travail en équipe, c’est un art de prendre sur soi pour les petites choses, et ce pour le bien de tous.

Depuis que je bosse là où je suis, je n’ai jamais eu de problème majeur avec quelqu’un. J’ai eu des accrochages avec certains collègues mais rien de fous. La seule fille que je n’aimais pas a fini par partir donc je n’ai plus de problème majeur avec des membres de mon pôle ou du pôle d’à côté. Savoir faire des concessions, pour le bien de tous.

Le truc c’est que le fonctionnement d’une équipe, c’est comme une tasse en porcelaine : ça peut exploser à la moindre petite fissure. Les fissures ne mettent pas beaucoup de temps et de colle pour se réparer mais s’il existe une fissure et que quelqu’un tape dessus… une personne finit toujours par avoir mal, toujours. Règle universelle valable pour tous. J’ai de la chance parce que dans l’équipe ça n’arrive pas souvent. Mais ça peut arriver et tout le monde devient sur le qui-vive pour en pas renouveler l’expérience.

L’avantage dans une bonne équipe, c’est que t’es pas seul. Quand tu sais pas, tu demandes. Et quand c’est la merde, tout le monde se sers les coudes pour que ça fonctionne.

Publicités

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s