… on est souvent prise pour une personne trop exigeante !

exigence .jpg

Image ICI

C’est ce dont je me suis rendue compte en parlant avec des gens. Quand je parle de mes envies ou de ce que je souhaite ou de ce que je pense, les gens ont toujours tendance à dire : « En même temps, qu’est-ce que t’es exigeante ! » Et depuis quelques temps, ça revient de plus en plus – ou alors, j’y fais plus attention ces derniers temps.

En réfléchissant à cet article, je ne savais pas comment aborder la chose. Puis j’ai commencé à l’écrire et quelque chose s’est passé en moi. Il n’avait pas du tout cette forme là, cette profondeur à la base, à la base dans ma tête. Dans ma tête, quand j’ai formé l’article, je voulais me défendre d’être exigeante. Parce que dans ma tête, je ne voulais pas paraître trop coincée ou quoi. Et cela juste dans le temps que j’ai passé à structurer mon article, je me suis rendue compte que je ne voulais pas me justifier.

Je veux re-ven-diquer mes exigences !

Je suis exigeante et alors ? Qu’est-ce que c’est le problème des gens, au juste ?

Je sais où je vais et où je ne vais pas – même si les surprises sont toujours possibles puisque chaque route est truffée de petits chemins partant sur les côtés. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas – même si avec le temps, ça peut évoluer. Je sais que rien n’est figé mais je sais à l’instant T ce que je veux ou non.

Le problème c’est que quand on sait ce que l’on veut, en général, on passe pour une pète-couilles. Parce que les autres pensent que du coup, on ne veut pas flancher du projet que l’on a. Le truc, c’est que les exigences, c’est malléable, même juste d’une minute à l’autre. Savoir ce que l’on vaut ne signifie pas que l’on est fermée à autre chose que l’on avait pas envisagé. Comme je l’ai dit, la vie est une route de laquelle partent plusieurs petits chemin. Des suggestions peuvent permettre à quelqu’un de fonceur d’emprunter un des petits chemins. Et les petits chemins, c’est bien.

Je suis fonceuse et exigeante et je l’assume !

Publicités