« Oh oui, vas-y » « Oh, oui » « Hum… »

simulation.jpg

Image ICI

Je ne pense pas avoir un jour dit que le simulation, c’est mal. Je ne crois pas. Je ne sais plus, en tout cas, je n’en fais pas la promotion – enfin, je n’en ai pas le souvenir.

 

Dans tous les cas, je ne suis pas pour, mais alors vraiment pas. Dans ma tête, c’était du mensonge, ou de la manipulation, ce qui est pire.

 

Pourtant, je ne suis pas une exception et c’est sans vraiment le pouvoir ou le vouloir ou même le contrôler que j’ai utilisé cette ruse avec mon plan cul. Honteux, c’est tout ce que j’ai à dire. J’ai eu honte pendant un petit moment, jusqu’à ce que je réalise ce que j’avais fait. Je savais que je l’avais manipulé et pourquoi. Pour vous situer la chose, c’était en plein acte sexuel et je me suis rendue compte que c’était trop long. Il m’avait fait jouir mais je voyais que lui ne jouissait pas et j’ai horreur de la non réciprocité – voir aussi cet article. Et j’avais peur qu’il ne finisse jamais et qu’il me dise « c’est pas grave, tu sais, c’est pas grave et c’était bien quand-même, je me suis bien amusé ». Cette phrase qui, je le sais maintenant, veut juste dire que c’était sans effusion, sans peps, sans rien… Du coup, j’ai fait des sons et dis des choses pour lui faire comprendre que c’était très bien. Je tiens à préciser que c’était bon et c’était parfait et c’était bien, je voulais vraiment lui faire plaisir, plus que d’habitude. Et aussi me faire plaisir en sachant qu’il a éjaculé et qu’il a… fini. Cerveau de m***e. Et ça a marché.

Donc j’ai menti, j’ai manipulé. Enfin, je pensais tout ce que j’ai dit, mais j’en ai fait des caisses. Vraiment fait des caisses. Le truc c’est que… comme ça a marché… Je ne sais pas si je ne vais pas continuer. La suite … ça a été que j’ai continuer à parler – plus que d’ordinaire – mais c’est devenu une simple communication. Je n’en ai pas refait des caisses parce que vraiment, ça m’a rendue mal. En fait, je ne fais plus que communiquer pour que cela se passe le mieux possible – pour lui et pour moi.

*****

Mais cela m’a lancé sur une réflexion (comme souvent) sur la simulation. Est-ce vraiment une « mauvaise » chose ? Si moi, qui suis foncièrement contre, j’ai pu à le faire, n’est-ce pas la « preuve » que cela peut arriver à tout le monde ? Comment est-ce que c’est possible que j’accepte alors que je suis contre ?

A force d’y réfléchir, je me suis demandé: la simulation n’est-elle pas une forme de communication ? Non ? Si, en fait. En tout cas pour moi. Je sais que ce que moi j’appelle la simulation, ce n’est que l’exagération de sentiments qui sont déjà là, en faire des caisses. Je ne pense pas que je puisse mentir sur des sentiments ou des sensations que je peux ressentir. Les sensations ne se commandent pas.

 

En faire des caisses pourquoi pas de temps en temps, mentir, non !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s