Bis répétita : appeler un service client – mon expérience de cliente et d’employée

service client

Image ICI

Je sais, pour la plupart des gens, appeler un service client, c’est la loose. C’est long, ça soûle, on n’a pas le bon service, alors il faut rappeler. Bref, pour beaucoup de personne, c’est la plaie en général. Ne serait-ce que Noël dernier avec ma pétasse de tante qui a essayé de me soutenir, à moi, que c’était mal foutu, les centres d’appel. Moi, la meuf qui… la meuf qui… qui.. qui… eh oui, qui bosse dans un centre d’appel ! Bien joué à ceux qui avait la réponse ! Bravo, bravo.

Donc, en tant que personne ayant vécu les deux côtés d’une situation (comme dans vis ma vie de prof d’anglais), je peux donc voir les bons et les mauvais côtés des deux partis. Et je peux vous dire qu’il y en a, il y en a pas mal que je ne soupçonnais pas. Certain dont je me doutais, oui. Mais des autres dont je découvre le revers avec le temps. Alors oui, je ne travaille pas dans un centre d’appel classique mais sur le lot on reçoit quand même des appels de clients mécontents et c’est pas facile facile tous les jours. On y va ?

Côté appelant

Je me souviens plus quand on a eu la freebox, chez mes parents. Mais c’est là que j’ai commencé à côtoyer régulièrement les centres d’appel. J’ai commencé à les appeler, parce que mes parents ne voulaient pas les appeler. Puis après, j’ai pris l’habitude d’appeler quand j’avais des questions ou quand je voulais me plaindre – la « base » du service client. Je suis le client, donc je dois être écoutée. Mais au final, je ne suis jamais méchante avec les gens. Je sais que j’ai déjà perdu mon calme plusieurs fois pour des choses complètement stupides en service client, parce que oui, je perds aussi patience quand je vois que ça fait 20 fois que j’appelle la MGEN pour résilier ma mutuelle, je perds patience. Je crie. Je sais que ça ne sert à rien, que ce n’est pas la faute de la personne que j’ai en face de moi, pourtant, je crie. Mais c’est quand même assez rare.

Côté appelé

Alors oui, je peux comprendre ces gens qui sont excédés du temps que prennent nos techniciens pour faire leurs interventions. Je comprends, cela ne veut rien dire. Se faire crier dessus, c’est pas fun tous les jours. Vraiment pas. Alors, ce que moi je fais, je mets en muet lors d’un appel relou, et j’insulte la personne. J’ai l’impression de lui rendre la monnaie de sa pièce. Au tout début, au boulot, j’étais très stressée de faire des erreurs, à m’en rendre malade. Vraiment, j’avais beaucoup, beaucoup d’angoisse. A ne pas en dormir. Plusieurs fois, j’ai réussi à les calmer, à me raisonner. Puis j’ai fait mon fameux coaching et j’ai commencé à m’en foutre. En fait, je suis beaucoup plus calme au travail – sauf période spécifique – et je m’énerve pas facilement. Disons que je prends beaucoup sur moi jusqu’au dernier truc qui va me tomber sur la gueule et qui fait déborder le vase. Je pense qu’avant de bosser dans un centre d’appel, je ne savais pas vraiment ce que c’était derrière le mur du téléphone et donc je m’énervais plus facilement.

 

Je pense que ce n’est pas facile des deux côtés pour pleins de raisons différentes. Je pense cependant que la majeure partie des services clients font ce qu’ils peuvent pour aider les clients, à leur niveau. Je demande souvent à parler à un responsable maintenant. Bizarrement, il n’y en a jamais. En même temps, moi, quand on me demande ma responsable, je peux pas la transférer.

 

Comme quoi, c’est partout pareil…

5 commentaires

  1. Bravo à toi car le boulot que tu fais ne semble pas facile et personnellement je ne pourrais jamais le faire (non seulement parce que des clients désagréables qui te prennent pour un paillasson ou un punching ball, j’en ai assez soupé quand j’étais caissière, mais aussi parce que j’ai horreur du téléphone).

    Cela dit, en caisse, j’étais pareille que toi : au début, le moindre casse-burne qui passait à ma caisse et râlait, je le prenais personnellement, et ça me pourrissait le reste de la journée car je faisais une fixette là-dessus. Mais petit à petit, je n’en ai plus eu rien à f*****, ça me glissait dessus comme l’eau sur les plumes d’un canard. D’ailleurs, à la fin, je me permettais même de répondre aux plus désagréables, après tout, qu’avais-je à y perdre ? Je ne comptais pas faire carrière comme caissière au supermarché du coin de toute façon !

    Aimé par 1 personne

  2. Service clients de mon ancienne banque : parfait. Service clients Canon : parfait. Services clients de mes fournisseurs d’électricité, gaz, internet, téléphone malin, voiture, éditions … parfaits. Services clients de Samsung, de la SNCF … à c… Sans compter les services qu’on ne peut jamais jamais atteindre, qui ne répondent pas … Il n’y a pas de « service clients ». Il y en a tout un tas, qui vont du meilleur au pire que pire. C’est comme le « client » ou la « cliente ». Il et elle n’existent pas. Eux et elles également vont du courtois et compréhensif au plus déplaisant.
    Bon courage, Miss Avvery, et surtout une belle et heureuse journée.

    Aimé par 1 personne

  3. merci 🙂 j’avoue que je suis aussi sur le côté Plus Rien A Foutre et maintenant, je leur réponds et je les mets devant leur contradictions AHAH

    en meme temps, du tout ce que j’en lis sur ton blog, je te félicite aussi de rester la où tu es quand ut vois l’ambiance… :/ bravo a toi, donc ^^ et merci du petit mot 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s