Pas tout à fait une déconnexion totale, mais pas loin…

P1030370

 

Tout à débuté quand j’ai commencé à écouter des podcast sur YouTube de gens qui parlaient de la consommation actuelle de YouTube par les gens. Ce qui ressortait, c’était que YouTube commençait à prendre la place de la télé. J’étais dubitative au début et puis est arrivée ce jour où j’étais en train d’écrire et j’avais un podcast qui tournait sur ma télé. Oui, c’était sans doute vrai.

En fait, je me suis rendue compte que j’avais très, très, très souvent, voire tout le temps j’avais une vidéo en fond sonore dans mon appartement. Je regarde effectivement YouTube comme fut un temps je regardais la télé. Diantre !

Et là je me suis dit : Tiens, mais si je n’avais pas accès à YouTube ou à la télé pendant une semaine ? Boom. Comme dirait Barney Stinson : Challenge accepted !

Dons, j’ai commencé à me dire : Allez pendant une semaine, je stoppe Youtube, je stoppe la télé, je stoppe les séries que je regarde et que j’ai sur mon Disque Dur. Stop les films. Stop tout ce qui est vidéo, en fait.

Je ne déconnecte pas d’Internet. Je vais garder des loisirs. Je vais m’autoriser à jouer à des jeux sur mon téléphone. Mais pas de vidéo. Stop.

A partir du moment où je me suis donné ce défi, ma première question, ça a été : mais je vais faire quoi quand je mangerai. Parce que quand je mange, je regarde quasiment systématiquement soit une série, soit un documentaire soit une vidéo YouTube. Je ne sais pas encore ce que je ferais quand je mangerai.

Vous me suivez dans le déroulé ? Départ Lundi 15 juillet minuit, fin dimanche 21 juillet minuit.

Dimanche 14 juillet 2019

C’est con mais j’ai peur de me faire chier. Et je me rends compte que c’est pour lutter contre ça que je fais ce test. Je vais m’autoriser la musique parce que je ne peux pas vivre dans mon appartement s’il n’y a pas de bruit – chacun ses problèmes. Mais j’ai peur de m’emmerder, vraiment. Je sais que j’aurais toujours le net. Mais je vois bien que je ne pourrais pas suivre ce qui se passe sur Youtube et même, je l’avais oublié mais aussi les stories sur Instagram. Je pense que je vais être soit tout le temps plongé dans un bouquin (en mode lecture) soit tout le temps en train d’écrire, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Mais j’ai peur, comme un con.

Lundi 15 juillet 2019

Réveil tôt. Très tôt. Machinalement, trop machinalement, je prends mon portable. Heureusement que j’ai installé des jeux, sinon je perdrais la boule – c’est dire. Je ne peux pas regarder de vidéo, écouter la musique que je veux. Rien. Je ne peux pas sortir de ma vie pendant cinq minutes, ou dix, ou vingt. Et, alors que j’arrive au boulot, la réalité me fouette : je ne sais pas pas vivre sans Youtube. Bon, la journée a été particulièrement nulle, j’aurais bien regardé une ou deux vidéo le midi pour me changer les idées mais j’ai fait un serment, je le tiens, j’essaye en tout cas. Pas de Youtube, pas de Youtube. C’est vraiment compliqué, quand on est addict comme moi. Alors, j’ai amené un livre, un Agatha Christie donc je parlerai peut-être ici, je ne sais pas encore. Finalement, la journée se passe mais j’appréhende le retour chez moi. Je mange en lisant des articles, je prends ensuite le temps pour faire ds choses que je pense d’ordinaire ne pas avoir le temps de faire et je commence à écrire – projet de bouquins pour commencer. Puis cet article. Sur fond sonore de Chérie FM. Et ça se passe bien.

C’est con mais j’ai peur de rater quelque chose. Comme si ma vie, c’était Youtube. Non, ma vie ce n’est pas Youtube. Par exemple, je suis en plein dans une scène de mon bouquin qui est hyper importante et je pense que si j’avais eu autre chose dans les oreilles que de la musique j’aurais sans doute pas réussi à écrire ce que j’ai finalement écrit, parce que moins concentrée et moins dans le truc. Je pense que c’est aussi pour cela que je voulais ce défi : je sens que j’ai besoin de concentration !

Mardi 16 juillet 2019

Réveil assez tôt, je profite d’un temps le matin pour écrire. Je ne le fais pas souvent – parce qu’en général, je galère à me lever – mais là, j’avais un peu de temps, donc, j’écris une scène qui me plaît sur mon projet de bouquin. La journée se passe bien au travail, mais c’est vrai que le midi, j’ai un peu pris l’habitude de regarder des vidéos plutôt que de lire ou quoi, donc c’est un peu dur.

Le soir, je passe chez mes parents et dans mon bain, au lieu de prendre mon téléphone, je le laisse dans ma chambre, avec toutes mes affaires et c’est libérateur. De ne pas dépendre de mon réseau ou de ma connexion ou de si untel ou untel a mis une vidéo en ligne. Je profite de mon bain, je profite à fond. Mes parents se sont montré compréhensif de mon petit défi et m’ont même encouragé. Rafraîchissant.

Et le soir, en rentrant chez moi, j’étais tellement K.O. que je m’endors en arrivant chez moi, soit à 20h30, c’est dire !

Mercredi 17 juillet 2019

Je me réveille assez tôt et j’ai même le temps d’écrire à nouveau le matin, en attendant de partir pour le boulot – une semaine pleine de surprises.

Le boulot se passe bien, je manque d’ouvrir YouTube à deux reprises mais ça se passe bien, je ne cède pas. Je ne regarde même pas les pubs qui viennent dans mes applis (radio ou jeu). Je joue beaucoup, par contre, c’est vrai. Je discute aussi pas mal sur les sites de rencontres, pour passer le temps. Parce que mine de rien, regarder une vidéo, c’est certes ne rien faire, mais ça passe le temps. Comme je l’avais prédit, ce sont les repas qui sont le plus compliqué, parce que je ne sais pas quoi faire, en même temps que manger. Rien, me direz-vous. Je n’en ai pas pris l’habitude. Alors je trie les mails, j’écris, je lis, j’écoute de la musique, je note des idées mais je ne fais pas QUE manger. Comme si ce n’étais pas naturel. Cela fait plus de trois ans que je ne m’attable plus pour manger quand je suis chez moi. Je mange à mon bureau. Et je continue, donc je m’occupe avec ce que je trouve : mon blog ou autre projet d’écriture.

Mais c’est vrai que je me rends compte que je suis accroc à mes vidéos journalières. J’ai vu, sur mon téléphone, que je pouvais passer jusqu’à trois heures sur YouTube par jour et ça, sans que je m’en rende vraiment compte. Je sais que je passe du temps sur YouTube (pour la majeure partie des vidéos que je regarde) mais c’est vrai que de voir que j’y passe plus d’une heure voire au moins plus de deux heures par jour, ça m’a fait une claque. Ce qui m’a donné l’envie de me lancer ce défi.

Mais je sais aussi que dès lundi midi, voir lundi minuit, je vais « récupérer » mon retard de tous ces jours sans YouTube que j’aurais passé. Je sais que ça parait con dit comme cela mais c’est ce qui s’est passé après ma déconnexion totale. Je sais que je suis toujours aussi accroc à l’Internet qu’avant. Cela vaut-il vraiment le coup de stopper pendant une semaine si c’est pour réaugmenter la consommation derrière ? Je ne pense pas. Il faudrait que j’arrive à rationaliser ma consommation de vidéo. Mais pour moi, c’est un peu comme une radio, je la perçois en fond. Je sais que des personnes vivent de YouTube et ces mêmes personnes se « plaignent » en disant que ce n’est que de la consommation irraisonnée, sans réfléchir. Mais est-ce que je ne réfléchis vraiment pas quand j’écoute un documentaire ou que j’écoute un podcast sur un sujet X ou Y ? Je ne saurais pas le dire.

Finalement, je ne sais pas ce que je cherche vraiment avec ce défi. Le trouverai-je avant la fin de ce défi ? Ou après ? Ou jamais ? Je n’en sais rien.

Jeudi 18 juillet 2019

C’est fou comme l’arrêt de tout ça vient finalement assez vite. C’est sans doute le premier matin où je ne pense pas à Youtube. Joie. Mais comme je me le disais hier, je sais que je vais faire une overdose une fois que je l’aurais remis. Mais je n’en suis pas là. Journée qui est somme toute passée assez vite mais j’en parlais dans cet article.

J’ai craqué. Je suis allée voir ce qui s’était passé sur Youtube en mon absence. Je suis allée voir mais je n’ai regardé aucune vidéo. Peut-on considérer cela comme un craquage alors que je n’ai pas cliqué sur la miniature – même si j’en avais drôlement envie. Je vais considérer que c’était un moment de faiblesse temporaire dû à… je ne sais pas. Mais j’ai le droit à un craquage, non ? J’avais bien craqué aussi pendant ma déconnexion totale. Bon, moins d’une minute de Youtube, c’est quand même déjà bien.

Vendredi 19 juillet 2019

Je sais maintenant pourquoi j’ai voulu faire ce challenge. Parce que je n’étais pas d’accord – en tout cas, je n’avais pas l’impression d’être d’accord – avec ces podcasts sur lesquels je tombais qui parlaient d’une addiction à Youtube et d’une addiction à la télé et au divertissement. Je me disais, de façon idyllique, que je n’étais pas de ces gens là, mais en fait, si. En rentrant, ce soir, je n’avais qu’une envie : me vautrer dans mon lit et regarder des vidéos à la con sur Youtube. J’ai failli le faire. Après tout, qu’ai-je à prouver et à qui ? Les réponses sont assez simple : rien et à personne. Mais une voix me disait, me chuchotait : « tu t’en voudras, si tu arrêtes ». Et c’est sans doute vrai. Je me suis lancé ce défi, je vais tout faire pour le réussir, même si cela passe par d’énorme moments de blanc.

La tentation est forte, je le sais. Je ne sais pas si je vais tenir. Mais je me rends compte que Youtube, c’est mas drogue, c’est mon addiction. Comme d’autres sont addicts à la cigarette, à l’alcool, à la drogue, au café, au thé… je suis accroc à Youtube. Je le savais déjà mais de m’en priver comme cela me fait prendre conscience de la « gravité » de ma condition. En même temps, dans une société 2.0 voire 3.0, est-il vraiment possible de ne pas céder à la facilité du divertissement à porté de clic ou de pression du doigt ? Non, je ne pense pas. Je le déplore mais je ne peux pas en vouloir. La société a évolué tellement vite depuis l’époque de mes parents et les mentalités aussi. Tu sais pas ? Cherche sur Google.

Je crois que je ne vous ai jamais raconté cette anecdote, c’est le moment. Il y a quelques mois de cela maintenant, j’ai écrit « Et la marine va venir à Malte » sur un post-it et je l’ai collé sur le bureau d’une de mes collègues. Elle est venue me voir en me disant : « c’est quoi ? » ce à quoi j’ai répondu « Bah, cherche ». Je la vois repartir sur Google et revenir en disant « Mais c’est trop bien ! » (si tu sais pas ce que c’est Et la marine va venir à Malte, je te conseille de chercher, et pas sur Google) et je lui ai dit « Mais il fallait chercher dans ta tête, pas sur Google » Et elle de dire « T’as pas précisé ».

Bref, dans un monde hyperconnecté, il est difficile de ne pas céder à la tentation, je pense. Et comme je le disais, je vais tout rattraper en me sur-connectant Lundi. Apparemment, j’ai beaucoup tendance à compenser quand je ne fais pas quelque chose pendant un certain temps. On verra bien mais je pense que le week-end va être cruel. Ou fructueux parce que je vais me mettre à lire de ouf !

Samedi 20 juillet 2019

Toujours pas de craquage, malgré le week-end. Je vous en ai déjà parlé, le matin, pour moi, le week-end, c’est YouTube party. Et c’est vrai qu’hier matin, c’était un peu compliqué. Heureusement, je suis allée chez le coiffeur, ce qui m’a bien occupée (pendant trois heures et 73€) et j’en ai profité pour continuer Dix Petits Nègres de Agatha Christie. En rentrant, je suis allée faire des courses et puis j’ai continué de lire, ce qui m’a pris une bonne partie de l’après-midi. Le soir, je suis sortie.

Le plus surprenant, au final, ce sont la réaction des gens. Comme je n’ai pas de quoi m’occuper, je suis assez active sur les sites de rencontres (sans compter que c’était déjà une période où je m’y remettais pas mal) et je discute de choses et d’autres avec les hommes et quand je leur dit ça, ils m’ont tous dis « Whaaaaaaat ? Mais pourquoi ? » ou « Mais comment tu fais ? ». C’est hallucinant de voir que personne ne pense à couper sa consommation de série / film / Youtube. Le pire, je pense, c’est le bout de conversation qui suit :

Moi : De mon côté, je me suis lancée un défi cette semaine de ne regarder aucune vidéo donc je m’occupe autrement.
X : Whaa mais pourquoi mdr
Moi : Pourquoi pas ? Pour tester, voir si je tiendrais 🙂 Pour info, l’an dernier, j’avais faire une semaine sans Internet :)J’aime bien me lancer des défis comme ça, sur une semaine 🙂 Si je perds, je perds rien c’est juste histoire de me challenger un peu 🙂 puis c’est parti du constat que je regarde beaucoup, beaucoup, beaucoup de vidéo et je voulais voir si je pouvais me divertir autrement si j’y étais obligée 🙂
X : mdr sans enjeux ^^ même pas je le fais xD

Sans enjeux. Oui, c’est vrai, sinon un test et cet article, si on considère que c’est un enjeu – ce qui n’est pas mon cas. Je ne pense pas que le but final de toute cette semaine soit d’avoir un article. Je voulais faire un test, oui, je ne vais pas mentir. Mais cela vient vraiment d’une réflexion sur ma façon de consommer du Youtube, de séries et tout le reste. J’avais peur de le faire uniquement pour le blog, mais je le fais avant tout pour moi. Je le fais pour avoir une vision un peu critique de ma consommation de tout cela, mais les gens ne sont pas prêts à entendre cela. Non. Parce qu’avec tout ce qui existe, YouTube, la télé, le replay, les packs Canal Satellite, les offres à gogo de chaînes et chaînes de télé disponibles, la VOD, Netflix, Amazon Prime et j’en passe, on oublie que rien de tout cela ne nous est dû et c’est une réflexion qui commence à vraiment mûrir en moi. Je me dis qu’une consommation plus raisonné de tout cela serait sans doute « mieux ». Mais, comme je le disais, je consomme « mal ». Les gens qui vivent de Youtube, je devrais les écouter vraiment, parce que c’est leur travail, je ne devrait pas être en train de faire autre chose, parce que ce n’est pas respectueux, tout simplement. Donc c’est en réflexion.

Dimanche 21 juillet 2019

Encore pas facile. J’ai commencé un nouveau bouquin assez conséquent mais dès le matin, c’est compliqué de se plonger dedans, alors j’ai joué sur mon téléphone, lu des articles, je me suis occupée autrement. Je ne peux m’empêcher de penser que demain, tout ça, c’est fini. Je ne suis pas en enfer, non. Mais j’ai un peu peur de mon retour au Youtube, demain. Je ne sais pas comment je vais réagir. On verra. Aujourd’hui, journée en famille, je pense que ça devrait bien se passer. Je ne compte pas casser mon challenge, en tout cas.

J’ai passé la journée chez mes parents en évitant au maximum les écrans. J’ai du regardé quelques seconds une vidéos sur Youtube que mon frère me montrait et qui n’était qu’une photo de Beethoven et un bout de bout de bout de la télé pour voir si elle était allumée et je n’ai pas continué quand j’ai vu que oui, elle l’était.

 

RÉSULTAT : J’ai réussi mon challenge. FIESTA !!!!

 

Le truc de fou, je ne pensais vraiment pas y arriver. Mais ça m’a permis de prendre un peu de recul, de hauteur face à ma consommation du Youtube et des vidéos en général.

 

Et après ?

Après, j’ai commencé à rationaliser ma façon de regarder des vidéos, enfin, j’en ai l’impression. Je regarde toujours des vidéos, oui, et ça ne changera jamais. J’en regarde toujours, j’en regarde toujours autant, oui – peut-être un peu moins. J’essaye de prendre le temps de plus regarder les Gens de Youtube que j’aime bien. Je mets en fond, celles qui ne m’intéresse que moyennement ou alors juste de la musique.

Pour ce qui est hors de Youtube, c’est par période. Sauf pour la télé. Je ne regarde presque plus la télé. Je regarde quelques trucs en replay. Je lis plus – j’essaye. Je regarde des séries, mais pas tant que ça finalement. Un peu de film, mais pas des masses non plus. Je me rends de plus en plus compte que je ne suis plus si fan de ces « pertes de temps » (je mets des guillemets parce que ce n’est pas un jugement, c’est ce que je pense uniquement pour moi que je considère cela comme une perte de temps). Ce n’est pas que je n’ai pas de temps à perdre, j’en ai et j’en perds mais autrement. Et je prends le temps de regarder les gens qui vivent de Youtube avec le respect que je leur dois. Parce que rien de tout cela ne m’est dû.

13 commentaires

  1. Félicitations!! J’étais junkie de Youtube aussi et je me suis largement calmée il y a un moment déjà mais j’avoue que certains moments sans youtube je crois que je ne saurais pas quoi faire, peur de l’ennui… un peu effrayant en fait!
    En tout cas, ce qu’il faut voir c’est que tu as réussi a faire plein de chose dont tu ne pensais pas avoir le temps, une belle expérience!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s