Ces « mots bouche-trou » dont on ne se rend pas compte

lauren-peng-CTRklBY9fKc-unsplash

Image Photo by Lauren Peng on Unsplash

 

Parce que j’ai une formation en anglais (non, je ne frime pas), je ne peux décemment pas appeler cela des « mots bouche-trous » – et pourtant c’est la traduction. Pour moi, cela restera des fillers.

Récemment, je ne sais plus à quelle occasion mais j’ai reparlé avec quelqu’un (un collègue de bureau et aussi mon père, je crois) de mon oral du CAPES. L’oral, ce moment stressant où tu crois que tu joues ta vie mais en fait pas du tout. Tu ne fais que la commencer. Bref.

Je me suis aussi rappelé que, lors de notre année de préparation, on avait une prof qui n’arrêtait pas de nous dire qu’il ne fallait pas utiliser trop de fillers.

Les fillers, késako ? C’est tout ces mots qui remplissent (to fill en anglais) la conversation. Vous ne voyez toujours pas ?

Bah on va dire que c’est, tu sais, quand tu dis que…. bahje sais pastu vois… quand tu veux dire quelque chose mais que tu… euh… que tu cherches un peu tes mots, donc du coup, tu remplis avec ces mots bah qui donnent l’impression que ta phrase est en gros complète.

C’est souvent beaucoup plu parlant avec un exemple – eh oui, la plupart d’entre nous se reconnaîtront dans cette façon de parler. Je ne dénigre pas, je suis la première à utiliser tout un tas de filler quand je parle – les pires étant « donc », « du coup », « ouais », « bah » et « voilà ».

Honnêtement, je fais beaucoup d’efforts pour ne pas en utiliser, ou au moins en limiter ma consommation parce que ça donne souvent un discours assez lourd – surtout quand tu commences à t’en rendre compte – mais c’est vrai que ce n’est pas facile. Qui n’a jamais commencé une réunion en disant « donc » et en terminant par « voilà » me jette la pierre. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis au bureau et j’ai une réunion dans 14 minutes très exactement. Je sais que je vais très certainement commencer en disant « donc du coup ». Parce que la prosodie française ne laisse pas la place au blanc dans une phrase. Non, non, non. Je pense que l’on est conditionné, dès que l’on apprend à parler et à échanger, à penser que le discours est fluide et vient de manière naturelle. Quand on regarde des films, des séries, des allocutions, des émissions, il y a très peu de blancs. Mais ce n’est pas la vraie vie. Pour tourner une scène de Plus Belle La Vie (vous pardonnerez l’exemple) qui dure deux minutes et qui est plus proche du réalisme que de la réalité, il faut… peut-être quelque chose comme une heure, voire deux. Ce n’est pas représentatif.

Bref (un de plus).

Je me suis rendue compte que je le faisais aussi dans mon écriture, mais bizarrement, ça me choque beaucoup moins. Une fois que l’on est conscient de son utilisation de ces fillers, on devient aussi conscience de l’utilisation des autres. Pour exemple : j’ai trois collègues « directs » on va dire. S. dit souvent « comment ». E dit souvent « du coup ». Et M. dit souvent « du coup » aussi.

Entourée par autant de du coup-istes (si toi même tu connais Palace et la convention des Enfin Bréfistes), difficile de ne pas prendre le coup et se mettre à le placer de partout. Parce que, oui, en plus de « polluer » le discours, les fillers son contagieux ! Eh oui ! On dirait pas comme ça mais… pire que la grippe. Déjà, si vous avez, comme moi, une manie de prendre les accents des gens qui vous entourent, les fillers, c’est l’étape au dessus, la suite logique. Donc (du coup), je prends assez facilement ceux des autres. Et quand tu t’en rends compte, c’est déjà trop tard.

 

Un petit article de linguistique simple mais des fois, oui, ça me manque.

2 commentaires

  1. Excellent ! Un régal à lire et tellement en phase avec ce que chacun-e de nous produit tant à l’oral qu’à l’écrit,
    Bel article, merci pour ce moment ( cela en serait presque😭sexiste😭, Ha Ha Ha😱)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s