Lettre à mon vieux moi

J’ai déjà fait une lettre à mon jeune moi (voir ICI). Maintenant, c’est l’heure de penser à mon vieux moi.

joanna-kosinska-B6yDtYs2IgY-unsplash.jpg

Image Photo by Joanna Kosinska on Unsplash

 

Coucou la moi de 50 ans (ou peut-être plus, ou peut-être moins),

 

Eh oui, j’ai 28 ans et je dis encore coucou. Enfin, j’ai 28 ans quand j’écris ces lignes mais j’en aurais 29, sans doute, quand elle seront publiées. Tu te connais. Tu sais que quand tu écris sur ce blog, tu as toujours pris de l’avance.

J’espère vraiment que tu as réussi à faire tout ce que tu voulais faire. J’espère que toutes les idées qui bouillonnent en moi à cet instant sont devenues des réalités, principalement des romans. Je ne t’impose pas d’avoir publié quelque chose, moi-même, je ne sais pas si un jour je ferais vraiment quelque chose de mes écrits. Je sais juste que peut-être je tenterai, mais je ne pense pas que, pour moi en tout cas, ce soit une fin en soi.

J’espère que tu as passé ton trentième anniversaire à New York comme tu l’avais prévu et que ça t’a plu ou qu’en tout cas tu y as trouvé un peu de dépaysement et de ce que tu cherchais – quoi que ce soit. Et que ton quarantième anniversaire, tu l’as passé dans un endroit encore plus fou – aujourd’hui, je ne saurais pas te dire où cela pourrait être, même si j’ai tout de même quelques idées qui viennent.

Travailles-tu encore là où tu es aujourd’hui ? Si oui, es-tu heureuse ? Si non, que fais-tu maintenant ? J’aime à penser que tu auras trouvé une voie qui te plaît et qui te fais vibrer. Ou alors une voie comme celle sur laquelle tu es maintenant, qui te permet de vivre et de faire ce que tu aimes à côté.

J’espère que tu n’as pas abandonné l’écriture. Je le souhaite vraiment et, en écrivant ces lignes, je ne pense pas que cela puisse être possible, mais ne jamais dire jamais.

Concernant ta vie sentimentale, quelle qu’elle soit, j’espère qu’elle te satisfait, qu’elle te comble, même. Je ne te demande pas d’avoir des enfants, un mari et un chien – parce que ce n’est pas ce que je veux à l’heure actuelle – mais si c’est ce que tu as – sans le chien, soyons honnête – et que tu es heureuse, je lui suis aussi pour toi.

 

J’espère aussi que tu te souviendras d’avoir écrit ces lignes, d’avoir pensé à tout ce que tu pouvais devenir. J’espère que tu souris si tu te souviens d’où tu étais quand tu étais quand tu écrivais ces lignes. Et par dessus tout, j’espère que tu es heureuse.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s