Week-end de baise

Je ne m’en cache pas. C’était en juillet 2020, j’avais envie de me faire prendre, j’avais très envie. J’ai contacté mon plan cul (celui-là) un soir, pour qu’on s’amuse un peu comme on l’a déjà fait par texto. Et puis il me dit « bah viens ». Je le prends au mot. Il est décidé que le lendemain, après le taff, je pars directement direction la région parisienne, où il habite désormais.

Le lendemain, je finissais à 22h. Je pars, et le trajet était vraiment simple. Plus simple que je ne le pensais. J’arrive chez lui vers 2h30, il est encore debout – en même temps, il savait que j’arrivais. Il m’accueille en me baisant bien. On avait tous les deux envie, bien envie et c’était tellement bien. Vers 5h, j’avais encore envie mais Mossieur n’avais pas trop envie. On n’a pas dormi ensemble parce que sinon, on allait pas dormir.

Je me suis réveillée vers 10h, donc 5h de sommeil, pas top. On a passé la journée à discuter – et aussi à baiser un peu, quand même. J’ai quand même réussi à écrire et lire un peu, je voulais un week-end tranquille, un week-end sympa, sans bouger, sans me prendre la tête. Je ne voulais pas aller dans Paris parce que les gens, la chaleur. Accessoirement, le coronavirus. Le soir Pizza, Mossieur n’a pas voulu que je paye, bon, je ne vais pas me plaindre parce que les 80 euros aller-retour en autoroute avaient sérieusement attaqué mon budget.

Dimanche donc. Matinée à discuter. Sympa. Après le repas, je suis allée me coucher, Mossieur ma rejointe et j’ai réussi à le persuader de… et c’était sympa, quand même. Je suis partie de Paris à 18h30 pour un trajet de 3h30. Sauf que je suis un boulet. En prenant de l’essence sur un aire d’autoroute, j’ai posé mon portefeuille sur le toit de ma voiture et… je l’ai oublié. En partant, il est tombé. Et… j’ai fait quelque chose d’illégal : je me suis arrêtée sur la bande d’arrêt d’urgence et j’ai marché (oui, je sais, sur l’autoroute, c’est pas légal) pour retourner à la station service et trouver mon portefeuille et il était là ! J’ai perdu une heure. En passant au péage, plus loin, un type est passé en même temps que moi, sans payer du coup. Bon, je pense que j’ai rien fait au final parce que ça changerai quoi ?

Je suis arrivée chez moi à minuit, heureusement que je commençais à 14h lundi.

C’était un week-end bien sympa – heureusement aussi qu’on s’entend bien avec mon plan cul parce que sinon ça aurait été lourd – mais que je ne referai clairement pas tous les jours. Une fois de temps en temps, pourquoi pas, mais bon, c’est quand même fatigant. Et mon compteur a été remis à zéro.

5 commentaires

  1. Ho! Mais il y avait ben longtemps que je n’étais point passé ici, que je ne m’étais pas « arrêté » disons!!! Chaud! Chaud! oui, et amusant de voir comptabilisé le montant du péage, mais pas le carburant, tiens! tiens! Moi j’aurais dit que c’est pour faire l’Amour, enfin, cé passke je sais pas vivre la copulation-fornication sans cette dimension… Bah!

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s