Quand t’angoisses pour rien….

Bon, je fais un article à chaud parce qu’il vient de m’arriver un truc banal mais qui prend des proportion énorme alors qu’il n’y a pas lieu. Et je voulais vous faire vivre une des mes angoisses. Ce n’est pas une crise d’angoisse mais typiquement quelque chose qui peut m’angoisser alors que… bah, il n’y a pas vraiment lieu. Mais les angoisses, ça ne s’explique pas. Dans mon cas, comme je vous en avait parlé dans cet article, ça vient, sans prévenance. Et ça prend plus ou moins de l’importance. Mes crises d’angoisse, je n’arrive pas souvent à les expliquer. Mes petites angoisses du quotidien, si je peux. C’est ce que je vous partage ici.

Ce soir (21/10/2020), je me suis dit que j’allais vérifier l’accès à mon coffre fort en ligne pour me bulletins de paye. Pourquoi ce soir ? Sans doute parce qu’on est vers la fin du mois et que je commençais à angoisser de ne pas avoir ma paye si ce n’était pas en place. Les craintes ordinaires, en tout cas dans ma vie.

J’essaye de me connecter, ça ne marche pas. Bon, j’ai du mal taper mon mot de passe. Je retape. Et ça ne marche toujours pas. Hum. Bon, j’ai du oublier le mot de passe que j’ai choisi. Je redemande le mot de passe. Le mail de récupération n’arrive pas. Je le redemande. Toujours rien. Je commence à m’énerver.

Bon, j’essaye un autre mot de passer qui était possible. Ce n’est pas ça. Surprise ? Non, je suis certaine d’avoir choisi le mot de passe que j’ai taper en premier.

Niveau d’énervement : 10/20.

Bon, alors, ça peut venir de quoi d’autre ? Je vais essayer sur mon ordinateur portable, peut-être que le site accepte pas Linux. Ah, ça marche pas mieux. Bon, je verrais ça demain. Allez, c’est l’heure de dormir. Ouais, mais je suis énervée niveau 20/20 parce que je n’ai pas réussi à faire ce que je voulais.

Une fois au lit, je commence à cogiter. J’arrive pas à me concentrer sur ma lecture mais pendant un temps le fantôme du coffre fort ne me hante pas – environ une demie-heure. J’étais la lumière. Le fantôme revient. Et je recommence à cogiter. Alors, qu’est-ce qu’il va se passer si ça marche pas ? Bah, je vais pas être payée. Et si je suis pas payée, je paye pas le loyer, enfin si, mais je dois taper dans mes économies et ça me fait chier.

Bah, c’est pas grave, j’enverrai un mail à la RH pour lui demander de m’expliquer. Mais il faudra que je dise que j’ai pas mis le code d’activation. Et si le code d’activation n’est plus valable ? Comment je fais ? Pourquoi je ne m’en suis pas occupée avant ? Bon, la RH, elle avait l’air sympa dans le mail qu’elle avait envoyé. Au pire, je mettrais les formes avec des « je me permets de vous écrire » et « Désolée pour la gêne occasionnée ».

Palpitant : 120 tour / minutes. Niveau d’énervement toujours à 20/20.

L’escalade continue dans ma tête. Si j’envoie un mail à ma RH, il va falloir que je mette ma chef en copie. Et si elle se moque de moi ? El si elle cherche un moyen pour me virer et que c’était celui-là ? Je mettrais les formes mais bon, j’ai fauté quand même, j’aurais du être plus attentive. Pourquoi je n’ai pas demandé de l’aide quand j’ai pas compris comment ça se faisait ? Arg, je m’en veux.

Bon, on sait jamais. Je prends mon portable et je vais dans mes mails. Toujours pas de mail de réinitialisation de mot de passe. Hum… Pratique. Dans mes spams ? Ah non, je suis toujours au même niveau. Bon, j’essaye une fois de plus, on sait jamais ? Allez, l’adresse mail, le mot de passe.

OH ! CA MARCHE !

Ouais t’emballes pas, ça marche sur ton téléphone mais est-e que ça marche sur le PC ? Allumage de l’ordi, il est plus de 22h30 – c’est l’heure pour faire ça, je vous jure – et je vérifie. Tout fonctionne. Bon, si je veux passer au papier, j’aurais peut-être besoin du code. Le code, il est au bureau. Bon, je ferai ça demain.

Ce n’est que quand j’ai vu que tout fonctionnait au moins sur mon PC et sur mon portable que mon niveau d’angoisse est retombé. Souvent, c’est des trucs comme ça. Alors même moi en me relisant alors que nous sommes toujours le 21/10/2020 à l’heure où j’écris ces lignes, je trouve ça un peu ridicule mais je voulais aussi voir ce que ça faisait. Ce qui me chagrine, c’est que, fut un temps, je me serai juste dit « bah, c’est juste que ça marche pas maintenant, tu prends pas la tête et réessaye plus tard ». Mais en fait, parfois, comme ce soir, j’ai plus le recul nécessaire pour faire comme cela. Et je ne sais pas du tout d’où cela vient. J’aimerai bien comprendre.

Bon, la bonne nouvelle c’est que pour beaucoup de ces choses, je suis de plus en plus capable de relativiser. Mais sur certaines choses pas encore. Mais un jour, sans doute.

3 commentaires

  1. Rassure-toi, tu n’es pas la seule ! Quand j’ai commencé mon blog, je n’ai pas dormi pendant 3 jours. Je me disais : « Et si c’était nul ? Si ça n’intéressait personne ? Tu n’as probablement aucun talent, rêves éveillée ma pauvre, tu vas te ridiculiser ! »
    Ca a duré une semaine.
    Et puis, je me suis dit : « Tant pis, ça me plaît, j’ai envie de continuer ! ».
    Il paraît que le yoga ou la sophrologie aussi, mais moi je n’ai jamais pu faire un cours en entier… Je suis beaucoup trop nerveuse alors quand on m’a demandé de faire l’arbre, tu te doutes que ça m’a vite ennuyé…
    On est comme on est. Et finalement, quand tu regardes de près, on n’est pas si mal au final !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s