Un premier jet, de A à Z

Attention, cet article est long. Très long.

Après vous avoir emmené dans l’aventure folle de la réécriture / relecture / correction, j’ai enchaîné avec un nouveau projet. En fait, en 2020, j’avais vraiment fait un plan de ce que je voulais accomplir en termes d’écriture. Bon, c’était pas un plan bien écrit, bien présenté, bien fait. En fait, c’était ça…

01 septembre 2020

Bon, là, il n’y a que les quatre derniers mois parce qu’on est en Septembre quand je commence ce projet, mais j’avais tous les mois, à compter d’avril. Une organisation qui est faite donc de post-it que je colle en haut de mon écran, apparemment, ça fonctionne bien pour moi, donc, je reste comme ça. Je sais ce que j’ai faire chaque mois et c’est ça qui compte, pour moi. Si on suit donc les post-it de la fin de l’année, je suis en avance sur mon planning – quelle surprise. En fait ce que je fais maintenant, c’est que j’alterne un premier jet et une réécriture / correction / relecture. Donc là, je venais de finir celle du tome 1 de ma saga de folie et j’allais donc passer à un nouveau premier jet – PA sur les post-its. Oui, j’ai des noms de code pour mes projets. Je ne veux pas que les personnes qui sont susceptibles de venir chez moi sachent ce que je fais, même si je leur fais confiance… Cette organisation, elle est pour moi, pas pour les autres.

Donc, premier jet d’une nouvelle histoire. Un nouveau projet en tout cas. Un projet qui me trotte depuis… un peu moins d’un an. Mais je sais que c’est celui-là qu’il faut que j’écrive. Pourquoi ? Parce que j’en ai envie. Parce que je sens qu’il est mûr, prêt à être raconté. Alors, c’est celui-là. J’aurais pu changer. Mais je n’en ai pas ressenti le besoin. Les scènes commençaient depuis quelques temps à venir dans ma tête, là où je les laisse macérer (ouais, pas glam) pour voir si elles sont exploitables. Elles le sont, je le sens. Alors, je commence.

Mais je suis un architecte / plotter dans l’âme depuis… début 2019, je dirais, quand j’ai découvert les bienfaits des plans. Je ne me vois plus me lancer à corps perdu dans une histoire, sans savoir où je vais, comme je le faisais avant. Alors bien évidemment, je ne suis pas rigide. J’en parlais dans [cet article : planifier ses romans]. Mon plan évolue si j’en ai envie, si j’ai une idée qui vient et que j’ai envie de l’inclure dans mon plan.

02 septembre 2020

Donc pour ce nouveau projet, j’ai commencé par faire un nouveau dossier sur mon drive. Petit rituel qui a son importance. Sur mon drive, j’ai des couleurs en fonction du stade du projet. Le projet violet est celui que je suis en train d’écrire. Le projet orange est celui que je suis en train de relire / corriger. Le projet bleu est celui dont j’ai fini le premier jet mais dont je n’ai pas encore commencé la correction. Et le blog est en marron parce que ce n’est pas un projet que je peux terminer puisque je compte le continuer pendant encore quelques temps. Mon dossier est donc violet. Revoir cette couleur que je n’ai pas vue depuis un mois et demi m’a donné un nouveau souffle. J’ai envie d’écrire mais je sais que ce n’est pas encore le moment, pas pour l’instant.

Ce n’est pas que je me bloque. Si j’ai vraiment envie de commencer le manuscrit, je le ferai mais j’aimerai avoir environ toute la trame avant de commencer – on pourrait dire que je l’ai déjà mais je veux qu’elle soit couchée par écrit. Je n’ai pas encore décidé des parties, je n’ai pas décidé de pas mal de choses nécessaires pour que je puisse commencer. J’ai aussi décidé de choses vraiment utiles. Mais je me pose la question. Je pense faire la narration à la troisième personne mais je continue de me poser la question. Pour le coup, ça me ferait vraiment sortir de ma zone de confort, moi qui n’ai jamais écrit qu’à la première personne. Il faut dire que c’est un projet un peu particulier et je n’ai pas envie de me planter. Enfin me planter, tout est relatif. Je n’ai pas envie de faire un trop grand travail de correction. Enfin, je pense que j’en aurais quand-même, il ne faut pas déconner.

Bon, j’ai fini mon premier plan. je ne sais pas si c’est bien ou non; Je ne sais pas encore si je vais le garder. Mais c’est le premier. J’ai bien évidemment choisi de faire des parties (j’aime les parties). Cette fois j’en ai cinq et je trouve que c’est plutôt bien équilibré. Pas parfait mais bon, ça ira pour un premier plan. Je pense donc que je vais essayer de commencer l’écriture… Je ne peux pas taire cette petite voix en moi qui dit que c’est trop tôt. Je pense que c’est parce que je vois tout le monde qui fait des plans depuis des années et qui ne se lancent jamais dans l’écriture. J’ai comme assimilé que c’était normal de faire un plan pendant longtemps. Même si, rationnellement, tout le monde est différent et je peux fonctionner différemment que les autres, je ne me sens pas légitime à me dire que c’est OK de ne pas faire comme le mainstream. Ouais, parfois, j’ai des résurgences de « il faut être normale ». Je pense que je vais essayer de commencer l’écriture ce soir, on verra ce que ça donne. Ou peut-être à ma pause déjeuner. Pour ce projet en particulier et aussi parce que je le documente, je vais compter mes mots dès le début de l’écriture. On va voir ce que ça donne.

03 septembre 2020

Bon, j’avoue, j’ai commencé à écrire hier, pendant ma pause déjeuner. Je n’ai pas écrit grand chose, un peu moins de 500 mots en tout. Pour l’instant, ça va. En même temps, je viens de commencer. Comme je le disais hier, je suis certaine que mon plan n’est pas parfait, que je le reverrais avec le temps. Je vais vous parler un peu du projet. J’ai écrit une saga en cinq tomes. Un saga sur une histoire de Sirène, de quête, de choix etc… Bref. Cette saga est finie, il faut que je la corrige et tout mais j’ai fini le premier jet il y a un peu moins de quatre mois (le 16 mai 2020). Je viens de finir la correction du premier tome et donc mon nouveau projet, c’est pas un spin off… il me semble que ça s’appelle un tome compagnon mais je ne suis pas certaine. En gros, j’ai pris un personnage de la saga principale et je vais faire un tome sur sa vision de l’ensemble de sa saga. Alors « un peu » comme Midnight Sun pour Twilight mais pas exactement. Justement, je commence ce tome alors que Midnight Sun est sorti il n’y a pas longtemps et j’ai entendu / lu les critiques qui disent que justement, on apprend pas grand chose de nouveau, donc je ne veux pas faire ça. Dans l’idée, je voulais que l’on voit la vie de ce personnage. Alors certaines scènes vont se retrouver dans la saga principale et dans ce tome, je ne dis pas. Mais je n’ai pas envie que ce soit tout pareil. Bref, c’est pas clair mais ça le sera sans doute pour moi.

Donc c’est un peu compliqué parce qu’il faut faire attention aux temps, à la chronologie, suivre celle des bouquins de base. Je sais que ça fait un peu penser que je n’arrive pas à quitter la série. Sans doute un peu, je ne vais pas mentir. Quand je me prends à y penser, je me dis qu’avec tous les personnages que j’ai je pourrais y revenir hyper facilement et faire ce genre de tome pendant des années. Mais celui-là me trotte dans la tête depuis quelques mois. Relire le premier tome m’a aussi donné de nouvelles idées que je n’avais pas avant, des choses dont je ne me souvenais pas – oui, c’est possible. La question, à un moment ça a été « est-ce que j’attends pas d’avoir corriger les cinq tomes pour commencer celui-là » mais comme je le disais, je sens que cette idée est mûre et que je « dois » l’écrire maintenant. Je corrigerai les erreurs lors de la relecture / correction – comment repousser le moment où tu vas te prendre la tête en te disant que tu croyais avoir passé un mois mais en fait non, c’était deux et que ça décale tout. Bref. J’ai envie d’écrire. Mais je ne vais pas me presser, je pense. J’en sais rien, en fait. D’ailleurs, j’y vais, ouais, je suis comme ça.

05 septembre 2020

Je me bride. je ne sais pas pourquoi, mais je me bride. Est-ce pparce que j’ai peur d’atteindre l’objectif que je me suis fixé cette année (trois premiers jets) u pour autre chose ? Je n’en sais rien pour le moment. Le peu que j’ai écrit pour le moment (1331 mots) est potable (bien ?) mais ça me fait vraiment bizarre d’écrire à la troisième personne. Je me suis rendue compte que j’avais ce syndrome du début d’un bouquin (que je n’ai pas eu depuis… cinq ans, je crois) qui fait que je veux aller trop vite. Oui, j’ai mon plan et j’essaye de m’y raccrocher pour ne pas aller trop vite. Mais j’avoue que la première partie n’est pas celle qui m’enthousiasme le plus. Cependant, elle est nécessaire si je veux arriver aux autres et à celles qui me plaisent, qu’il me tarde d’écrire. D’aucun me dirait sans doute que je pourrais écrire tout dans le désordre mais, sauf si une scène me vient vraiment très précisément, je ne le fais en général pas.

Comme beaucoup d’auteurs, je galère à trouver des noms de personnages mais j’ai ma petite astuce pour cela. J’en avais parlé dans [cet article ; comment je choisi les prénom de mes personnages]. Et si les personnages changent de prénom en cours de route, je m’applique désormais à avoir un premier jet « potable » et « environ logique » – je sais, je mets beaucoup de guillemets. Je devais nommer toute la famille de mon personnage principal – bien évidemment, je n’en avais jamais parlé dans la saga principale sinon, c’est pas drôle – donc, allez, en avant.

Mais je rationalise aussi beaucoup plus. Je me donne jusqu’à la fin de l’année pour terminer ce bouquin et, honnêtement, c’est largement faisable – sans me vanter. On est début septembre, sachant qu’en Novembre, c’est le Nano, ça devrait aller. Je ne sais pas encore combien de mots (environ) il a faire, je penche pour quelque chose autour des 100 000, mais je suis un peu une buse pour déterminer ce genre de choses. On verra, j’ai envie de dire. Aujourd’hui,je ne me suis noté que de continuer tranquillement mon chapitre 1.

Alors peut-être (ou sûrement) que le fait de document le processus, compter mes mots dès le départ, n’aide pas à avoir une vision très ordinaire de la chose, je ne sais pas. Peut-être aussi (sans doute même) que je me mets la pression plus qu’à l’accoutumée. Comme toujours quand je documente, j’ai l’impression. Alors, peut-être que cet article ne sera pas suivi. Peut-être que ce sera un suivi plus épart, comme pour mon article sur la correction. Je ne sais pas encore. en attendant, j’ai quand-même l’envie d’écrire qui est là. Et je me dis que c’est sans doute le plus important, in fine. Même si je me pressurise un peu. Ouais, je sais, je dis des trucs qui ont pas de logique. Mais flûte à la fin.

Bon, j’ai écrit plus de mille mots. Concrètement, j’ai environ doublé mon nombre de mots. Bon. C’est chouette mais il y a toujours un truc qui me… qui me chafouine. Je sais pas dire quoi. J’ai l’impression de me forcer un peu mais sans me forcer. Je pense que c’est parce que je n’avais pas prévu de commencer l’écriture avant octobre et que du coup ça me perturbe. Quelque part, c’est pas mal. Mais en même temps, j’aime bien me donner des objectifs et les tenir, sans chercher à aller plus vite ou pas. Quelque part, je me demande si je n’ai pas passé trop peu de temps sur la correction du tome 1, voulant me précipiter sur ce que je préfère faire : écrire. Ecrire un premier jet, c’est bien plus fun que de relire et corriger – ceux qui écrivent le savent. Et même si je suis plutôt architecte, il y a une partie que je découvre en même temps que l’écriture. Je fais un plan grossier de ce qui se passer mais je ne vais pas trop dans le détail, sauf si j’en ai besoin parce que c’est une scène que j’avais en tête depuis longtemps.

13 septembre 2020

Bon. C’était quoi ce week-end ? La seconde édition de l’authotube virtual retreat, donc à balle de writing sprint. J’ai fait 6h de sprint en tout ou un peu près et j’ai écrit… dans les cinq milles mots. Et j’ai dépassé aujourd’hui les dix milles mots. Je suis contente de ce que j’écris pour la plupart. je sais qu’il y a des couacs, j’essaye de les corriger mais bon, je ne me prends pas trop la tête, sauf les incohérences évidentes. Je suis encore dans la première partie, j’ai envie de la finir pour fin septembre, ça devrait le faire. Sinon, tant pis. J’ai jusqu’à fin décembre, ça devrait le faire.

Je sais que je n’ai pas encore eu le déclic. En gros, quand j’écris, j’ai toujours un moment où je démarre pour de bon. C’est comme si j’étais en première et que je passais enfin la seconde. Actuellement, je suis encore en première et je m’y plais bien. Je n’ai pas envie de forcer les choses. Même si je me suis dit que je voulais écrire trois premiers jets en 2020, je ne veux pas les forcer. Je sais que j’en ai déjà deux, c’est pas mal pour une seule année. Trois ce serait mieux. Je dois avouer que j’ai récemment trouvé la foie en moi et je sais que je peux le faire. Je serai dans l’ambiance pendant le Nano, je pense et j’ai encore un mois avant ça alors, ça devrait LARGEMENT le faire.

Un peu plus tôt, je me faisais la réflexion que je pense que ça va être un énorme bouquin (genre 300 pages A4 max) et si je prends en référence le dernier tome de ma trilogie, je l’ai écrit en 4 mois et il fait 382 pages A4 donc c’est faisable. Surtout que quand je passerai la seconde, je vais écrire tous les jours, tous les jours mille ou plus mots et ça va aller tout seul, je pense. C’est vantard mais je pense que ça reflète bien la réalité. j’écrit vite. Je dois beaucoup retravailler mais j’écris vite et j’ai des premiers jets pas trop bancaux, je pense. Enfin, plus tu en fais, plus ça va, en tout cas, j’ai l’impression que c’est comme ça.

23 septembre 2020

Je reprends enfin le décompte de ce qui se passe avec mon manuscrit en cours. J’ai continué à écrire, j’essaye de faire mille mots tous les jours. Pourtant, je ne sens pas que j’ai eu le déclic pour l’instant. J’ai envie d’écrire, c’est certain. Hier matin, j’ai fini la première partie. J’avoue que je ne l’avais pas trop anticipé. Je suis à un plus de 24 000 mots sur le manuscrit, je suis assez contente de moi. J’ai un peu peur de ne pas pouvoir faire mes 50 000 mots en novembre. Pour le moment, je n’arrive pas à évaluer la longueur de ce manuscrit. Je pense vers les 100 000 ou 150 000. Ce qui n’est clairement pas une bonne indication. Bref. Je verrai bien. Je pense que j’en saurais plus quand j’aurais le déclic.

Par contre, je ne suis pas encore bien dans l’histoire. Mon personnage principal est un peu étrange, je trouve. Il change beaucoup d’avis en tout cas. Comme moi ? Bref, je pense que même si je connais les personnages, j’ai du mal à me placer d’un autre point de vue pour le moment. En fait, le début était son enfance et donc j’avais l’impression que c’était un personnage que je découvrais, ce qui était un peu le cas. Mais là, ça reprend environ au moment du début du premier tome donc je dois faire attention à ce que ce soit cohérent. Et il ne va pas tarder à rencontrer mon personnage principal de la saga principale. Bref. Je pense que c’est maintenant que je pense que ça va être un peu compliqué mais aussi pas mal intéressant.

27 septembre 2020

Bon, je suis presque rendue à 30 000 mots. J’en reviens pas et en même temps ça ne m’étonne pas. Je commence à me connaitre dans mon rythme d’écriture mais je suis agréablement surprise. Je pense que pour octobre, je vais me fixer un objectif de 1000 mots par jour au minimum. Et pas 31 000 mots dans le mois, non. 1000 mots, tous les jours. Ce sera du coup peut-être le retour de l’ordinateur au bureau. Je ne sais pas encore.

J’avance bien, je suis loin d’être fière de tout ce que j’ai écrit mais je sais que j’aurais une seconde étape et je me prends toujours pas trop la tête pour le premier jet, ça ne sert à rien, je pense. Pour moi, je ne sais pas si j’en ai parlé, mais le premier jet pour moi, j’ai juste besoin de « me débarrasser » du manuscrit. L’autre image que j’avais, c’était vomir, c’est pas mieux. Mais je sais que vous avez compris. Bon, je vais aller me coucher, je crois. Mais dans l’ensemble je suis contente d’avancer mais je me rends compte qu’en fait, ça va vite !

01 octobre 2020

Premier jour de mon challenge de mille mots par jour pendant un mois. Je pense que ça va me mettre en jambes pour le Nano qui est dans un mois. Un mois, déjà, j’ai un peu du mal à y croire. Si cette année 2020 a été lente dans bien des domaines – le temps n’avait plus vraiment d’importance – elle aura été une des années les plus rapides que j’ai connue jusqu’à présent en terme d’écriture. Je n’ai pas vu passer le cinquième tome de ma saga, ni ma romance que j’ai écrite ensuite. Les plus de 30 000 mots que j’ai écris en septembre, je ne les ai pas vu passer non plus. J’ai fait des calculs (rudimentaires, je suis loin d’être mathématicienne ou même d’aimer cela) et j’ai écrit, par jour, en septembre, 1055 mots (lissés sur le mois).

Pour octobre donc, c’est 1000 mots par jour. Comme je le disais, vraiment 1000 mots tous les jours. Parce que sur Septembre, j’ai fait des jours sans et des jours avec plus. Et j’aimerai bien avoir une régularité et c’est peut-être ma façon à moi de faire le fameux Preptober. J’avoue n’avoir jamais compris le concept encore de ce mois de préparation au Nano. Ce que je fais peut sans doute s’en approcher mais en fait, j’en sais trop rien. Bref, j’écris, j’avance, je trouve que c’est pas si mal que ça ce que j’écris. J’arrive à un moment de l’histoire qui va être vraiment sympa à écrire, j’ai hâte. A priori, je ferai ça demain, mais je n’en sais encore trop rien. En attendant, j’ai aussi pas mal de choses à faire pour le blog. Donc je vais aller faire ça. Et puis sans doute aller dormir après. Mine de rien, cette semaine, je commence à 6h, donc je me réveille à 4h30, pas facile de tenir la journée mais bon, je n’ai plus qu’un jour.

05 octobre 2020

Pour l’instant, je suis « on track ». J’ai écrit au moins mille mots par jour, pendant… bah… cinq jours. C’est déjà pas mal. J’ai même écrit plus le 03, environ 2000 mots. Par contre, hier, j’ai commencé à avoir du mal, vraiment du mal à écrire, je sais pas pourquoi. Je trouvais que j’écrivais mal. Je sais pas. Aujourd’hui, ça a été, j’ai écrit mes mille mots en 35 minutes environ. C’est pas mal. J’espère que ça va continuer. Cette semaine, au vu des horaires que je fais au boulot, je devrais être capable d’écrire assez facilement. Si jamais, on verra bien ce que ça donne. J’ai le temps le matin puisque je commence à 14h cette semaine. Je suis même en train de me demander si je ne vais pas upgrader le challenge. Genre jusqu’au 11 octobre, je dois écrire 100 mots, puis après 1200 mots, puis 1400 mots, puis 1600. Sur les quatre semaine qu’il y a en octobre, c’est faisable. Je vais voir, je pense que ça va dépendre de mon avancée. Je suis souvent au dessus des mille mots mais est-ce que ça va suffire ? Je peux tester. Mon objectif, restera quand même 1000 mots par jour. Si je fais ça, je serai contente. Ouais, je vais me faire un objectif bis, au cas où…

10 octobre 2020

Je vous en parler dans [cet article], ce week-end, c’est le World Wide Writeathon, organisé de main de maître par Jessica Williamson – vraiment beaucoup d’admiration pour ses talents de planner. Comme je le disais dans mon article, je pense essayer de faire 3000 mots aujourd’hui (samedi) et demain. Mais on va voir et ne pas se mettre la pression. Mon objectif reste inchangé sur Octobre, je suis encore dans ma semaine à 1000 mots, donc je ne me prends pas trop la tête. Je veux au moins atteindre ce pallier là. Pour le reste, au pire, on verra plus tard.

D’un point de vu de mon bouquin, j’avance doucement. Je sais déjà que je dois ajouter des chapitres. Je le savais en faisant le plan mais là je me rends compte que ça arrive.

14 octobre 2020

Aujourd’hui, j’ai dépassé les 50 000 mots, soit en 41 jours, depuis que j’ai commencé l’écriture. Bon, c’est pas mal. Surtout que pour l’instant, je ne force rien, l’écriture est fluide, je me replonge un peu dans ce que fait avant pour me remettre dans le bain parfois mais je sais ce qui doit se passer. Je sais que j’ai des scènes à ajouter que je n’ai toujours pas ajoutées mais qu’importe, elles sont dans ma tête et de nouvelles arrivent. Alors, ça va. Je suis dans la deuxième semaine complète d’octobre, donc je tourne à 1200 mots par jour environ, ce qui est pas mal. Je sais que j’aurais encore assez de quoi faire le mois prochain. Je commence à être excitée pour le Nano. Je pense que je vais vraiment me donner à fond, comme l’an dernier. Pour Novembre, par contre, je me donne d’écrire 50 000 mots mais pas forcément le quota tous les jours. Comme ce que j’avais fait l’an dernier. En même temps l’an dernier, j’avais démarré très fort avec 10 000 mots en quatre jours… Bref. Je suis folle, je commence à le comprendre.

En tout cas, j’avance et progress is progress, right ?

19 octobre 2020

Je rentre dans la semaine avec 1 400 mots par jour. Aujourd’hui, j’ai pris une 1h30 mais en étant pas tellement concentrée. Je pense qu’en une heure, ça doit pouvoir le faire. Je suis juste dans un moment un peu… nul ? de l’histoire. Je ne sais pas. J’ai un peu du mal mais j’y arrive quand même. Donc bon, on va voir comment ça se goupille. Comme je le pense, le mois de Novembre arrivant, je sais que je vais trouver la motivation. Je vais la retrouver, je le sais. Demain, je vais voir ce que ça donne. Entre temps, je vais lire le tome 2, histoire de me donner des idées puisque je suis en plein dedans.

26 octobre 2020

Eh bien, j’ai « gagné » ma semaine où je devais écrire 1400 mots tous les jours. Et c’était étonnement facile. J’avoue que j’ai un peu poussé les hier et avant hier pour faire presque 1600 mais après, c’est le week-end donc je peux plus facilement écrire. Même si en semaine, je prend toujours le temps de le faire, c’est quand même plus simple quand le travail n’interfère pas avec l’écriture. Mais bon, il faut bien vivre. Je vais donc de ce pas aller essayer d’écrire 1600 mots pour me mettre en jambe pour le NaNo.

27 octobre 2020

Bon, je viens de dépasser les 70 000 mots. Je n’arrive pas à y croire. J’aurais donc, je pense, largement la place d’écrire 50 000 mots pour le Nano. Pour le début de la semaine à 1 600 mots, j’ai un peu de mal. Mais sans doute le contexte n’aide pas. Bref. Disons que heureusement qu’il y a les streams. Sinon je galèrerai. Déjà que je galère avec les streams… Enfin, je galère. Je galère à mon niveau.

31 octobre 2020

Bon, bilan de mon premier mois de suivi. J’ai donc écrit 46 078 mots, soit 1 486 mots par jour. Ce qui est pas mal. Le Nano commence dans moins de deux heures. je referai un update plus tard. Je suis contente de mois. Ca augure du bon.

01 novembre 2020

Bon. J’avoue, j’ai un peu du mal à mettre à jour cet article en ce moment. Hier soir, j’ai commencé à écrire et après j’ai eu une copine au téléphone donc toute envie de faire une update est partie de moi. Et aujourd’hui, on est quel jour ? Le premier jour du NaNoWriMo et le premier jour du challenge de Marie Vareille d’écrire un roman en confinement – très bonne initiative et je me suis dit que j’allais faire les deux. De toute façon, j’étais partie pour écrire tous les jours pendant environ une heure, alors autant participer sur les deux fronts. Pourquoi ? Parce que je peux trouver de la motivation à deux endroits différents et ça, c’est presque incroyable. Pour avoir déjà fait partie d’un groupe d’auteur pour le Camp NaNo 2020, j’étais un peu frileuse de recommencer l’expérience. Pourquoi ? Parce que je n’ai pas encore trouvé de personne qui écrivent pareil que moi, avec les mêmes problématiques. Quand j’ai fait mon Camp NaNo d’avril et que j’étais entre 2000 et 3000 mots par jour, je ne me retrouvais pas dans les commentaire et les remarque des autres qui disaient peiner à écrire. Je ne dis pas que ce n’est pas une remarque justifiée ou quoi que ce soit du genre. Mais j’ai compris, avec ça, que mes problématiques d’écriture étaient autres. Je me fous facilement la pression – nan, sans dec. La plupart du temps, c’est la bonne pression et ça me pousse à aller de l’avant. Mais des fois, ça me fait rester devant mon PC jusqu’à je ne sais pas quelle heure pour atteindre mon quota de mots. Pas facile à gérer, je l’avoue moi-même. Mais j’ai tout de même tenté l’aventure pour « j’écris mon roman pendant le confinement » (sachant qu’en fait, je ne suis pas confinée mais bon), et puis si un jour, j’en ai marre de ne pas trouver chaussure à mon pied en terme de groupe qui existent, je créerait le mien. « Vous écrivez trop et personne ne vous comprend ? Rejoignez-moi ». J’en souris d’avance.

Pour ce premier jour de NaNo (oui, je dévie mais ne déraille pas), j’ai écrit un peu plus que le quota – surprise, nan, pas vraiment. Je suis arrivée à 2036 mots. Bon, ça va, ça me donne un peu de marge, mais je me dis quand même que j’aimerai bien faire au moins 1667 par jour. Comment bien se pousser, t’a vu ?

Pour les objectifs d’octobre, j’ai tout réussi :

  • écrire au moins mille mots par jour tout le mois : check
  • écrire 31 000 mots sur tout le mois : check
  • écrire en escalier (1000 mots la première semaine, 1200 la seconde, 1400 et 1600) : check

Donc je suis carrément fière de moi. Instant vantardise : je savais que j’allais y arriver. Eh oui, ça m’arrive de frimer. Bon trêve de blabla, c’est l’heure d’aller bosser. Ouais, bosser. Il est 23h05 et je suis au boulot. On aime.

07 novembre 2020

12 664 mots. Je suis on track pour le NaNo. Et surtout, aujourd’hui, j’ai passé la barre des 90 000 mots dans mon roman en cours. J’ai aussi refait le plan et je pense qu’il va avoir beaucoup plus de chapitre que ce que j’avais prévu mais ce n’est pas grave. Je m’en fiche si mon bouquin fait des milliers de pages. J’écris parce que je kiffe. SI mon roman fait 70 000 mots ou 450 000, je m’en tape. Alors il sera plus long et je ne sais pas si je l’aurais fini pour le Nano – sans doute pas. Ma deadline, c’est Décembre. Mais bon, encore une fois, c’est théorique. Bref, on verra bien ce que ça donne.

Et je fais chaque jour mon quota de mots.

11 novembre 2020

Bon, j’ai dépassé les 20 000 mots pour le NaNo. Pas mal en 11 jours. J’ai regardé, j’ai environ un jour d’avance. Franchement, comparativement à celui de l’an dernier, je suis dans un mood complètement différent. Je ne suis pas tant en compétition. Je veux quand même faire le quota – et je réussis toujours pour le moment. Aujourd’hui, j’ai un peu galéré alors que je m’étais dit « tranquille, c’est férié ». Un peu trop tranquille. J’ai eu du mal à suivre les live, j’ai eu du mal à me mettre dans l’histoire. Je ne sais pas pourquoi. Puis je me suis foutu un coup de pied au cul et j’ai réussi à faire ce que je voulais. Comme toujours, je me suis arrêtée à un moment où je sais ce que je veux écrire après et j’avoue que j’attend le chapitre suivant avec impatience, parce qu’il va être trop bien ! Bon sur ce, il faut peut-être que je mange un jour et que je fasse ce truc que je dis que je vais faire depuis… une semaine. Au moins commencer. Allez, à plus dans le bus. Ou pas. Ouais, je sors.

15 novembre 2020

Je crois que c’est la première fois que ça m’arrive mais depuis deux jours, je n’ai plus trop la motivation pour écrire. Je ne sais pas ce qu’il se passe. Est-ce le fameux syndrome du milieu ? Je ne sais pas. Alors j’écris quand même mais moins. Je crois que c’est parce que je n’ai toujours pas eu le déclic de « ouais, je vais le terminer » et du coup, je n’avance pas vite, pas assez à mon goût. Alors j’écris toujours mon quota de mots pour la NaNo par jour mais je ne sais pas, depuis vendredi ou peut-être jeudi dernier, il a quelque chose qui ne va pas. Je ne saurais pas dire quoi exactement. Est-ce le fait que je n’en ai pas du tout parlé à ma meilleure amie ? Genre vraiment pas ? Elle ne sait pas du tout que je bosse sur ce bouquin en particulier. Ou est-ce le fait que je fais un genre de tome compagnon et que je me demande si c’est vraiment nécessaire ? Je n’en sais rien. Quelques petites choses sont encore un peu floues, notamment, je me demande si je vais réussir à le finir pour décembre, comme je le veux. Bien évidemment, ce ne sont que des contraintes venant de moi et si je le finis en janvier, ce sera aussi très bien. Tant que je le finis… Mais dans mon idéal de 2020, je voulais en avoir écrit 3, des premiers jets. Et je sais que si je me suis dit ça à un moment, c’est que je pense que je suis capable de le faire. Le truc, c’est que 2020 finit dans un mois et demi et je doute un peu à l’heure actuelle. Pourquoi ? Je n’ai jamais douté. Mais je ne me suis jamais mis de Deadline aussi. Jamais. Je me suis toujours dit que je le finirai quand je le finirai, quand j’étais sur un projet. Là, je me suis quand même mis un pression supplémentaire en me disant qu’il FALLAIT qu’il soit finit pour le 31 décembre maximum. Alors il n’y a pas QUE des mauvais côtés non plus. Je sais que, quelque part, ça me drive aussi de me dire que je n’ai plus beaucoup de temps et c’est aussi pour ça que je fais mon quota de mots, c’est pour cela que j’écris tous les jours – NaNo ou pas puisque j’ai aussi fait cela en Octobre – et que sans ça… je laisserai un peu le projet vivre tout seul. Bon après en plus de tout cela, il y a le NaNo qui fait un challenge et une motivation en plus pour écrire tous les jours. Je ne sais pas si je ne vais pas essayer de passer à 1800 mots par jour. Je pense que ça pourrait être une solution. Ou alors, vu que la dernière semaine de Novembre, je suis en congés – enfin, plus ou moins la dernière semaine – j’en profite pour faire du 3000 mots par jour ? C’est ce que je comptais environ faire aujourd’hui vu qu’il y avait trois LiveStreams mais en fait … je n’ai écrit que 2000 mots (oui, je sais, c’est déjà bien, vraiment bien). Donc, à voir comment les choses évoluent sur la semaine prochaine. Ce que je veux en tout cas continuer à faire c’est écrire au moins 1667 mots par jour jusqu’à la fin Novembre.

22 Novembre 2020

Bon, il est tard. Enfin, il est tôt. Il est 1h10 dimanche matin. Je n’ai pas envie d’aller dormir mais je n’ai pas non plus envie d’écrire. Je tiens encore le coup sur le NaNo, je fais toujours 1667 mots par jour au minimum. J’avoue que je ne cherche pas à faire tellement plus, pas que je n’ai pas envie d’écrire mon histoire mais je ne sais pas… C’est comme si je ne cherchais pas à me challenger, pas tellement. Quand je compare à l’année dernière, j’ai l’impression de ne pas me pousser – sauf pour écrire tous les jours mais ce n’est pas vraiment une obligation, je trouve – et en fait, ça fait du bien ! Vraiment, ça me fait du bien de ne pas me forcer à prendre trop d’avance ou me laisser avoir du retard. Bref, je suis bien. J’ai une vitesse de croisière entre 1700 et 1800 mots. Et ça me convient bien. Et si ça convient, pourquoi changer, n’est-ce pas ?

03 Décembre 2020

Le Nano est terminé depuis trois jours. J’ai écrit en tout 56 721 mots, ce qui est vraiment bien. C’est bizarre parce que je n’ai eu le déclic à aucun moment. A aucun moment je me suis dit que j’allais finir ce bouquin. Et c’est bizarre parce que je le pensais vraiment arriver pendant le NaNo. Et là, depuis quelques jours, je le sens arriver. Sur le mois de décembre, je me suis mise un objectif de 40 000 mots, soit 1 290 mots par jour. Et depuis trois jours, j’ai fait toujours vers les 1 600 mots. Donc, c’est chouette. Et de toute façon, ma deadline c’est le 31 décembre donc il faut que ça tienne. Il faut que je me chauffe pour vraiment finir le bouquin avant fin 2020. Allez, on y croit !

17 Décembre 2020

J’ai fini hier. J’ai fini hier. J’ai fini mon roman hier. Je n’ai même pas pris le temps d’écrire ici. Je savais que je le ferai aujourd’hui. Je savais que je prendrai ce temps pour finir cet article. Je savais que j’avais besoin de le dire. J’ai fini. J’ai imprimé le manuscrit, le premier jet, pour ma meilleure amie. Parce qu’elle l’a toujours, elle les a toujours. Il est beaucoup plus long que ce que je pensais : 194 032 mots et 312 pages. J’arrive pas à le croire. Même si je pensais bien que j’y arriverai, une partie de moi n’y croit toujours pas.

Et voilà mon processus de A à Z. Du début à la fin. Avec les doutes, les choses que l’on sait qu’on va changer. Les trucs qui bougent sans qu’on le sache. Cet article, je l’avoue, il est aussi et principalement sans doute pour moi. Pour que je me souvienne. Allez, je vais écrire. Ah bah non, du coup, pas pour l’instant.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s